Culture Scientifique et Technique

500 ans de RenaissanceS en Centre-Val de Loire

 

Biodiversité et développement économique :
la face cachée de la transition écologique

 

25 juin 2019 à 18h

 

Faculté de Droit - Amphithéâtre Cujas - 11, rue Michel Marest - 18000 Bourges

 

 

Pendant quatre cent mille ans, l'humanité n'a eu que le feu, l'impétuosité des vents et des torrents, son ardeur au travail et celle de ses cavaleries pour voyager, édifier des forteresses et labourer les prés.
 
A la Renaissance, si l'on excepte les essais de machine à vapeur, les innovations dans le domaine de l'énergie sont à peu près nulles :
l'énergie hydraulique demeure la source principale. Les travaux de Leonhard Euler sur les turbines, les réalisations du Bazacle dans la région de Toulouse en France furent à peu près sans portée. L'idée de Christiaan Huygens d'un moteur à poudre fut un simple jalon dans une longue histoire (Source : Universalis).
 
Et puis, au XIXe siècle, les hommes déployèrent à grande échelle une invention : la machine à vapeur.
Au XXe siècle, les hommes délaissèrent la machine à vapeur pour une autre innovation : le moteur thermique.
La deuxième révolution industrielle, à laquelle elle contribua, fut tout autant une transition énergétique, fondée cette fois-ci sur l'extraction d'une autre ressource : une huile de roche nommée pétrole.
 
Depuis le début du XXIe siècle, les hommes, inquiets des bouleversements climatiques générés par les énergies fossiles, ont mis au point de nouvelles inventions, réputées plus efficientes, plus propres, et reliées à des réseaux à haute tension ultra-performants : les éoliennes, les panneaux solaires, les batteries électriques.
Après la machine à vapeur, après le moteur thermique, ces technologies dites « vertes » engagent l'humanité dans une troisième révolution énergétique, industrielle, qui est en train de transformer notre monde. Comme les deux précédentes, celle-ci s'appuie sur une ressource primordiale : les métaux rares.
 
Chaque fois qu'une source d'énergie a menacé de manquer, nous avons su la remplacer par une autre. L’histoire se répète : de nouvelles ressources viennent à manquer à mesure que nous changeons de modèle énergétique. Aujourd'hui comme demain, les nouvelles technologies de l'énergie exigeront l'usage de matières premières inédites, naturelles ou synthétiques.
 
La conférence analysera "l'angle mort" de la transition énergétique, celui des ressources indispensables à sa réalisation et dont nous n'avons, à ce jour, guère pris la mesure.

 

 

Conférencier :

Guillaume Pitron

Guillaume Pitron est journaliste et réalisateur de documentaires.

 

 

A travers des reportages pour la presse écrite et des films pour les principales chaînes de télévision française, il ausculte les enjeux géopolitiques, éco-nomiques et écologiques liés à l’exploitation des matières premières. Il a publié en 2018 le livre "La guerre des métaux rares - La face cachée de la transition énergétique et numérique" (Éditions Les Liens qui Libèrent).
Guillaume Pitron est lauréat de 14 distinctions, dont le Prix Erik Izraelewicz de l'enquête économique, créé par le journal Le Monde et le prix du livre d'économie 2018.

 

 

Entrée libre sous réserve de places disponibles.

Inscription fortement conseillée.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

 

Les relations homme-nature : vers un nouvel humanisme

 

30 avril 2019 à 18h30 (Conférence inaugurale)

Au Lab'O - 1, avenue du Champ de Mars - 45000 Orléans.

 

La manière de considérer les êtres vivants «non-humains» est une question que tous les hommes se sont posés, à travers l’histoire et dans la diversité des civilisations.
Notre conception occidentale est marquée par un clivage fort entre les humains et le «reste de la nature».

 

  • Comment et pourquoi cette conception s’est-elle mise en place ?

  • Quelles en sont les conséquences ?

  • Cette conception dualiste va t’elle perdurer ?

  • Va t’on au contraire vers un nouvel humanisme intégrant tous les vivants dans une vision globale de l’avenir de notre planète ?

 

Conférencier :

Bernard Chevassus-au-Louis

Normalien biologiste, docteur en sciences, préside l’association « Humanité et Biodiversité ».

 

Il a réalisé sa carrière de recherche à l’INRA dans le domaine de l’aquaculture et a été directeur général de cet organisme.
Il a été président du Muséum national d’histoire naturelle et Inspecteur général de l’agriculture.
Il a notamment publié « Voir la vie autrement, éloge de la biodiversité » aux éditions de l’Aube.

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -  

 

 

Développement économique et biodiversité
De la Renaissance à demain...

 

 

L’énergie est au cœur du dilemme entre développement et environnement : toutes les activités humaines (alimentation, logement, agriculture, industrie, transports, communications, etc.) requièrent de l’énergie.

Sans un minimum d’énergie pas de développement possible, mais si l’on continue à produire et consommer l’énergie comme nous le faisons aujourd’hui, nous mettons gravement en danger le climat qui a favorisé le développement humain depuis le Néolithique.
La plupart des activités économiques ont pour objet de rendre des services à la place de ceux fournis autrefois par la nature, mais en quantité trop limitée ou au prix de trop d’efforts pour satisfaire toute l’humanité : ainsi, la construction de bâtiments a remplacé les grottes et les huttes de branchages, l’agriculture s’est substituée à la cueillette et à la chasse, l’automobile au cheval, les produits chimiques aux colles, aux colorants, aux médicaments, aux textiles ou aux cosmétiques naturels…

Mais ce dilemme ne reflète-il pas un questionnement plus profond sur les structures anthropologiques des relations Homme-Nature ?

Il s’agit d’interroger l’écologie symbolique de notre modernité, le naturalisme dualiste, mais aussi les alternatives, les autres types de relations entre Nature et Culture.
La coupure naturaliste permet de réifier « la Nature », de transformer en objets exploitables à merci toutes ses composantes : minérales, végétales, animales.
On le sait, cette réification incite à gérer sans mesure et sans respect les règnes, les éléments, les ressources naturelles et les écosystèmes.

La Renaissance marque ce passage d’une pensée analogique à une vison naturaliste et dont l’émergence de la notion de biodiversité nous amène à revisiter cette pensée.
La Renaissance est un temps de création technique et d’innovation. Les sciences mathématiques et les sciences de la nature progressent très vite, on assiste à un mouvement d’expansion du savoir, conditionné par le livre et ses illustrations. Et Léonard de Vinci est bien cet innovateur qui illustre la transition entre deux représentations du monde. La démarche transdisciplinaire de Léonard de Vinci (mais aussi de la Renaissance d’une manière générale) fait écho à notre modernité : maîtrise de l’eau, place de la nature, bioinspiration, énergie, autant de thèmes qui interpellent notre actualité.

Le cycle de conférences abordera ces problématiques actuelles déjà à l’œuvre dans les réflexions de Léonard de Vinci et dans la mutation culturelle et technologique de son époque qui fait écho à la nôtre.

 

En partenariat avec : EDF Centre-Val de Loire, Centre Sciences,
le Muséum d’Orléans pour la Biodiversité et l’Environnement (Mobe),

et le soutien de la région Centre-Val de Loire

 

Conférences 18h30 - 20h30

Dates 2019

Lieux

Gestion de la ressource en eau

24/09
Châteauroux

CCI - Ecocampus
2, allée Jean Vaillé

Agriculture de demain, énergie et biodiversité

15/10
Mainvilliers

COMPA
1, rue de la République

Les inventions hydrauliques de Léonard de Vinci

19/11
Blois

CCI
6, rue Anne de Bretagne

De Léonard de Vinci à aujourd’hui : quelle cité idéale ?

10/12
Orléans

LAB’O
1, avenue du Champ de Mars

 

 

Pour toute question :

Contactez Eric Malmassari
Responsable de la diffusion de la Culture Scientifique Technique et Industrielle

 

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

Présentation du cycle de conférences 2019 du Cnam-Centre,

lors de la conférence de presse des 500 ans de la Renaissance en région Centre-Val de Loire.

En présence de François Bonneau et des journalistes !

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

Interview d'Eric Malmassari

Présentation du cycle de conférence 2019

dans l'émission « À Bâtons Rompus » de radio Campus Orléans

animée par Hassan Kérim.

 

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

Article "Nous devons être à la hauteur de l'héritage"

République du Centre

14-03-2019

 

 

Trouvez votre formation

Trouvez une Unité d'Enseignement

Contacter nos centres d'enseignements

02 18 69 18 30
Numéro régional, coût d'un appel local
Lundi : 14h - 18h30
Du mardi au vendredi : 10h - 12h / 14h - 18h30

Région

centre-region Chartres Orleans Bourges Chateauroux Tours Vierzon Blois

Documents à télécharger

Formation ALTERNANCE Modalités de cours VAE Formation à distance Espace numérique de formation CPF